Par nature, Enfants de colère – péchés ou conséquences

J’ai longtemps cru que j’étais un calviniste modéré. La raison était simple, j’étais ignorant. Quand j’ai compris ce que voulais dire être calviniste, même modéré… j’ai réalisé que je ne l’avais jamais été. J’ai pourtant longtemps cru, et même enseigné que l’homme était pécheur par nature, que dans leur nature même, les humains étaient Enfants de colère… Pour moi, c’était un acquis.

La raison était simple, j’étais ignorant.

Mais même lorsque j’enseignais que l’homme était pécheur par nature, il y avait une chose qui me gênait… c’était l’absence totale de cette conséquence dans le texte de la chute du livre de la Genèse. Une des choses qui me gênait, c’était qu’au chapitre 4 de la Genèse, on voyait Dieu piquer un brin de causette avec Caïn – déjà ça, ça m’apparaissait bizarre. Étant donné la doctrine de la dépravation totale, comment un réprouvé pouvait-il avoir une discussion avec un Dieu saint ? Et comment Dieu pouvait-il lui dire, en toute honnêteté, qu’il pouvait résister au péché qui couchait à sa porte ? C’était très gênant, comment un Dieu pouvait-il manquer d’intégrité ?

Que voulez-vous ? J’étais ignorant !

La nature d’une chose

La nature d’une chose, c’est ce qu’elle est dans son sens le plus fondamental — c’est ce que nous apprend la philosophie[1]. Si vous changez la nature d’une chose, d’un arbre, par exemple, ce n’est plus ce que c’était : ce n’est plus un arbre. Rappelez-vous la quête des alchimistes, ils voulaient transmuter le plomb, changer sa nature et la transformer, en or.

En relisant le texte de la chute par contre, j’ai réalisé que rien n’indiquait que la nature de l’être humain avait changé d’une manière ou d’une autre… Et là, mes yeux sont tombés sur un petit bout de phrase : Voici l’homme est devenu… (Gen. 3 :22).

La nature d’une chose, c’est ce qu’elle est dans son sens le plus fondamental !

Ah ! Voilà ! Le texte dit qu’il devenu quelque chose. On aurait pu s’attendre à quelque chose comme il est devenu :

  • Incapable de ne pas pécher ;
  • Impuissant et incapable de faire quoi que ce soit de bien
  • Incapable de vouloir le bien ;
  • Une nature pécheresse…

Je me serais attendu à quelque chose, en tout cas, qui nous aurait confirmé que sa nature avait bel et bien changé pour le pire… mais non.

Changer de nature, c’est tout changer…

Le plus gros problème, c’est que changer la nature d’un être, le transformer en autre chose est un acte de création que seul Dieu peut accomplir. Or, « tout ce que Dieu a créé est bon » (1 Tim. 4 :4), il n’aurait donc pas créé une nature qui ne peut que pécher.

Quand on poursuit la lecture que lit-on ? « L’Éternel Dieu dit: Voici, l’homme est devenu comme l’un de nous, POUR la connaissance du bien et du mal. »

C’est tout ? Pas de changement de nature ? Non. S’il avait changé de nature, il serait devenu autre chose qu’humain. Que s’est-il passé ? Maintenant l’être humain peut connaître le mal ! Bon, c’est un début. Mais il peut connaître le bien aussi ? Oui.

— Mais connaître le bien, c’est bien ou pas ?

— Il me semble que oui, à moins que ce ne soit pas vraiment le bien que tu connaisses.

— Quelqu’un de non régénéré ne peut pas vraiment connaître le bien, si ?

— Il me semble que ce que Dieu connaît comme bien, c’est vraiment bien. Et il dit bien que l’être humain est devenu comme lui pour la connaissance du BIEN et du mal. Il est certain que l’être humain ne sera jamais omniscient, mais il peut quand même connaître ce qui est bien, même si ce n’est que d’une manière limitée.

C’est là le drame !

L’être humain est maintenant séparé de Dieu et il est devenu son propre référentiel sur ce qui est bien et ce qui est mal – comme un adolescent en pleine crise, il peut décider ce qu’il veut être bien et ce qu’il veut être mal.

Attention, le texte ne dit pas que la connaissance que l’humain a du bien est toujours mal. Non, mais certains par contre peuvent en venir à appeler le mal bien, et le bien mal (Es. 5 :20). Quand Jean-Luc dit que tromper sa femme, c’est mal et qu’honorer sa femme c’est bien, il dit vrai et il a le même point de vue que Dieu à ce sujet — même s’il est non Chrétien.

C’est là le drame ! La nature humaine n’a pas changé, c’est son point de vue, son référentiel qui a changé… Ce n’est plus Dieu qui est le point de référence, c’est lui-même.

— Et est-ce que tous les êtres humains ont été touchés par cette connaissance du bien et du mal ? Est-ce que tous connaissent le bien et le mal ?

— Oui et non.

— Oui et non ? Qu’est-ce que tu veux dire ? Il y a des humains qui ne sont pas touchés par le péché d’Adam. Il y a des gens qui ne connaissent pas le bien et le mal.

— Disons que c’est vrai pour tous ceux qui peuvent connaître le bien et le mal. Car la Bible dit que les enfants ne connaissent pas le bien et le mal (Deut. 1 :39). En vieillissant, ils vont pourvoir, c’est certain… mais quand ils sont enfants, ils n’ont pas la connaissance du bien et du mal.

C’est là le drame ! La nature humaine n’a pas changé, c’est son point de vue, son référentiel qui a changé… Ce n’est plus Dieu qui est le point de référence, c’est lui-même.

Un changement de point de référence

Mais revenons au drame. La nature humaine n’a pas changé, c’est son point de vue, son référentiel qui a changé… Ce n’est plus Dieu qui est le point de référence, c’est lui-même.

C’est ça l’aiguillon de la mort que Paul dit être le péché (1 Cor. 15 :56). Quel péché ? N’importe lequel ? Non, celui d’Adam par qui la mort est entrée dans le monde. La mort qui fait de chacun de nous son propre référentiel. C’est ce péché qui règne sur l’humanité par la mort (Rom. 5 :21)… Ce n’est pas la mort qui règne par le péché… Elle est entrée dans le monde, mais ce n’est pas elle qui règne. Le texte dit que c’est le péché qui règne, qui règne par la mort, qui règne par cette séparation d’avec Dieu.

Le péché d’Adam, d’avoir voulu devenir son propre référentiel quant au bien et au mal, règne sur la planète par la mort spirituelle.

C’est le parasite qui habite la chair, comme dit Paul (Rom. 7 :17,20).

— Mais la Bible dit que nous étions par nature des enfants de colère, tu fais quoi de ça ?

— Alors, regardons ça ensemble.

Enfants de…

Au Québec, on connaît bien ça des anglicismes et même si une bonne majorité les utilise, bon nombre ne les aiment pas. Nous préférons utiliser de bons vieux mots qui sont propres au français. À part les mots, il y a aussi les expressions qui peuvent être des anglicismes. L’expression bon matin, par exemple, est très critiquée parce que dit-on c’est un calque de l’anglais good morning. C’est d’ailleurs l’un des rares anglicismes que j’utilise régulièrement. On dit bien bonne soirée, bon après-midi, alors je ne vois pas pourquoi on ne dirait pas aussi bon matin.

D’accord, d’accord, je reviens à mon sujet. Tout comme il existe des anglicismes, il existe aussi des hébraïsmes, c’est-à-dire, une expression de l’hébreu ou calquée sur l’hébreu dans une autre langue. Et l’expression enfant de… en est un.

Quelques exemples

On le retrouve souvent dans la Bible, même si on ne le traduit pas tout le temps comme tel. Cet hébraïsme consiste à décrier le caractère d’une personne en disant qu’il est issu de…

En premier lieu, en 2 Rois 6 :32, Élisée accueille les mercenaires du roi, venus pour le tuer, en disant : « Voyez-vous que ce fils d’assassin envoie quelqu’un pour m’ôter la tête ? ».

Deuxièmement, en 1 Samuel 20 :30 et même si la version Segond le traduit par : « Fils pervers et rebelle, sais-je pas que tu as pour ami le fils d’Isaï, à ta honte et à la honte de ta mère ? », original est mieux traduite par Darby qui nous rend le verset ainsi : « Fils de la femme perverse et rebelle, ne sais-je pas que tu as choisi le fils d’Isaï à ta honte et à la honte de la nudité de ta mère ? ».

Un autre exemple, qui, encore une fois n’est pas directement traduit dans la Segond est Job 30 :8 : « Êtres vils et méprisés, on les repousse du pays » est en fait : «Fils d’insensés, et fils de gens sans nom, ils sont chassés du pays. ».

Et encore en Ésaïe 57 :4-5 : « Mais vous, approchez ici, fils de l’enchanteresse, Race de l’adultère et de la prostituée ! De qui vous moquez-vous ? Contre qui ouvrez-vous une large bouche et tirez-vous la langue ? N’êtes-vous pas des enfants de péché, une race de mensonge ? »

La liste serait longue, mais je pense que l’idée générale est bien comprise. Remarquez que l’on a d’ailleurs le même genre d’expressions en français, mais c’est habituellement des jurons : enfant de c***, enfant de p***…

… de colère

Dans l’Écriture, la colère de Dieu se manifeste toujours contre les péchés et jamais contre la nature des individus. En Romains 1, par exemple, on voit que «la colère de Dieu se révèle du ciel contre toute impiété et toute injustice des hommes qui retiennent injustement la vérité captive » (Rom 1:18). Que dire des versets qui apparaissent un peu plus bas :

Comme ils ne se sont pas souciés de connaître Dieu, Dieu les a livrés à leur sens réprouvé, pour commettre des choses indignes (29) étant remplis de toute espèce d’injustice, de méchanceté, de cupidité, de malice ; pleins d’envie, de meurtre, de querelle, de ruse, de malignité ; (30) rapporteurs, médisants, impies, arrogants, hautains, fanfarons, ingénieux au mal, rebelles à leurs parents, dépourvus d’intelligence, (31) de loyauté, d’affection naturelle, de miséricorde. (32) Et, bien qu’ils connaissent le jugement de Dieu, déclarant dignes de mort ceux qui commettent de telles choses, non seulement ils les font, mais ils approuvent ceux qui les font. (Rom 1:28-32)

Comme on voit, par ce bel exemple, la colère de Dieu se dirige vers les péchés et non vers la nature des individus. Ils sont donc enfant de colère de par leur actions.

Oui, mais il s’agit bien de leur nature, non ?

Premièrement, trois choses définissent un mot dans un contexte donné :

  • L’usage courant (Usus Loquendi)
  • La grammaire
  • Le contexte

Si le texte où l’on venait de retrouver le mot nature avait été l’œuvre d’Aristote, je ne me serais pas posé de question sur le sens du mot nature. Mais là, il s’agit de Paul et non du grand philosophe.

D’ailleurs, Paul utilise d’ailleurs ce mot de plusieurs façons.

  • Il parle des incirconcis par nature (Romain 2 :27) — ce n’est pas l’ablation du prépuce qui modifie la nature d’un être humain ;
  • Il parle de l’olivier naturel et de l’olivier sauvage — or les deux appartiennent à la même espèce.

L’un des sens du mot traduit ici par nature est le suivant : ce qui par force d’habitude est devenu comme une seconde nature[2]. Comme le disait si bien Michel de Montaigne : « L’accoustumance est une seconde nature, et non moins puissante. »

Un bel exemple est tiré du livre de Jérémie

Un Éthiopien peut-il changer sa peau, et un léopard ses taches ? De même, pourriez-vous faire le bien, vous qui êtes accoutumés à faire le mal ? (Jér 13:23)

Comme le disait si bien Michel de Montaigne : « L’accoustumance est une seconde nature, et non moins puissante. »

Ici, le prophète, inspiré du Saint-Esprit nous dit que l’accoutumance au mal devient si forte, qu’elle devient inchangeable comme la couleur de peau ou les motifs d’un pelage. Mais il s’agit d’un processus. Le même processus qui pousse à l’alcoolisme ou à la dépendance.

Ce n’est pas pour rien que les enfants semblent normalement si réceptifs à l’Évangile — ils ne se sont pas encore endurcis.

C’est un peu ce que reprend l’apôtre Paul quand, à la fin du livre des Actes il dit :

Va vers ce peuple, et dis: vous entendrez de vos oreilles, et vous ne comprendrez point ; vous regarderez de vos yeux, et vous ne verrez point. Car le cœur de ce peuple est devenu insensible ; ils ont endurci leurs oreilles, et ils ont fermé leurs yeux, de peur qu’ils ne voient de leurs yeux, qu’ils n’entendent de leurs oreilles, qu’ils ne comprennent de leur cœur, qu’ils ne se convertissent, et que je ne les guérisse. (Act 28:26-27)

Je pourrais multiplier les exemples, mais on voit que dans la parole que l’accoutumance aux péchés et au mal devient si forte, qu’elle devient seconde nature.

L’imparfait de l’indicatif

Un autre élément intéressant, dans la compréhension de ce passage c’est l’utilisation de l’imparfait de l’indicatif dans le grec qui se traduirait mieux par : « nous étions en train d’être par nature des enfants de colère… »

Conclusion

Comme on a pu le constater, la chute de l’homme a eu d’énormes conséquences. Malgré tout, rien ne permet d’affirmer que l’être humain — même s’il est enclin au péché — n’a pas une nature pécheresse comme le décrit le calvinisme.

Par ailleurs, nous avons eu dans mon dernier billet, la Marche Des Morts Vivants, l’être humain est spirituellement mort. Cette mort, loin d’être une incapacité totale, est une séparation d’avec Dieu.

Malgré toutes ces conséquences, la nature humaine — quoiqu’infecté par le péché — n’a pas été complètement transmutée en autre chose. Comme je l’ai mentionné, changer la nature d’un être en autre chose est un acte de création. Or, tout ce que Dieu a créé est bon (1 Tim. 4 :4), il n’a donc pas créé une nature pécheresse.

L’être humain est devenu quelque chose…

L’être humain est bel et bien devenu quelque chose, il est devenu comme Dieu en regard à la connaissance du bien et du mal. Pourtant, les enfants, eux, n’ont pas cette connaissance : ce qui semble diminuer la portée de la chute. Du moins, elle ne touche pas la nature même de l’être humain.

Finalement, l’accoutumance au péché devient seconde nature et les êtres humains s’endurcissent au point de se fermer à l’action de Dieu. Ce n’est pas pour rien que les enfants semblent normalement si réceptifs à l’Évangile — ils ne se sont pas encore endurcis.

C’est envers les péchés humains que la colère de Dieu se déchaîne, non envers sa nature — car après tout, n’est-ce pas lui qui l’a créé cette nature ?

[1] Le mot nature traduit le mot grec phusis qui a plusieurs sens différents. Aristote, dans son œuvre magistrale La Physique, lui donne un sens bien particulier.

[2] https://www.blueletterbible.org/lang/lexicon/lexicon.cfm?t=kjv&strongs=g5449

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.